Italia, amore mio #2 – Toscane

Un été dans la péninsule italienne

On se retrouve pour le deuxième article de la série sur l’Italie. Après 4 jours en Emilie-Romagne, nous avons posé bagages pour 8 jours en Toscane. On m’a toujours vendu cette région comme étant une des plus belles d’Italie donc autant dire que mes attentes étaient très élevées !

 

La Toscane

La Toscane a une superficie assez similaire à celle de l’Emilie-Romagne avec 22 994 km2 pour la première et 22 446 km2 pour la seconde. En revanche, la Toscane est moins peuplée avec seulement 3.7 millions d’habitants contre 4.4 millions d’habitants pour sa voisine. La capitale de la Toscane est Florence. La région est le berceau de la renaissance. Encore aujourd’hui, elle brille de ce passé riche d’art, de culture et de création. L’avènement de la renaissance, période économique prospère pendant laquelle l’art est à son apogée, est en partie due à la famille des Médicis, richissimes banquiers considérés comme les mécènes les plus prestigieux de l’histoire européenne.

La Toscane a longtemps été un Grand-Duché (le seul Grand-Duché existant encore aujourd’hui est le Grand-Duché de Luxembourg). Elle est passée brièvement aux mains des français avant de redevenir pleinement italienne en 1860 pour former le Royaume d’Italie. Florence a d’ailleurs brièvement été la capitale du Royaume jusqu’à la conquête de Rome en 1870. Aujourd’hui, la Toscane possède une économie axée sur la mode et l’industrie textile, faisant de l’Italie le seul pays européen à avoir une industrie textile aussi forte puisque la production italienne représente 1/4 de la production européenne avec un chiffre d’affaire de plus de 25 milliards d’euros. Plus généralement, la Toscane bénéficie aujourd’hui d’un rayonnement mondial tant pour son passé prestigieux que pour son patrimoine culturel important. Elle est également reconnue pour sa gastronomie, ses vignes (le chianti notamment) et sa production d’huile d’olives.

Comme pour l’Emilie-Romagne, nous avons choisi de loger dans un gîte. L’idée était d’être au milieu des vignes et d’être entre Florence et Sienne. Nous avons finalement opté pour une demeure des plus typiques à un jet de pierre de Sienne. L’endroit, en plus d’être extrêmement bien situé, était également très calme, idéal pour déconnecter un peu pendant les vacances. Là encore, une très jolie piscine nous a aidé à supporter les journées les plus chaudes.

 

Sienne

Sienne est une petite ville de 54 000 habitants. Selon la légende, elle aurait été fondée par les fils de Rémus, lui-même, avec son frère, un des fondateurs légendaires de Rome. Aujourd’hui, Sienne est une des villes les plus connues de Toscane. En effet, chaque année s’y déroule deux fois par an, en Juillet et en Août, le Palio delle Contrade. Un palio est une course de chevaux pendant laquelle des quartiers ou des régions s’affrontent. A Sienne, il y a 17 quartiers et chaque course voit s’affronter 10 quartiers. Les 7 quartiers ne participant pas sont automatiquement sélectionnés pour la course suivante puis 3 quartiers supplémentaires sont choisis de manière aléatoire.

Nous avons passé deux journées à Sienne. La première étape a été de repérer un parking à l’extérieur de la ZTL (voir explications dans mon article sur l’Emilie-Romagne) puis nous avons visité la ville à pieds. La première visite de la ville a été assez rapide. Sienne est une petite ville, sur les hauteurs, avec des bâtiments religieux magnifiques et où se perdre dans les ruelles est un vrai plaisir. Le hasard faisant bien les choses, nous avions la chance d’être à Sienne pendant le Palio de Juillet. La course se déroule au centre de la ville, sur la Piazza del Campo. Des gradins sont installés tout autour de la place et il est possible d’y réserver une place mais le prix est très élevé. Nous avons préféré l’option gratuite qui consiste à aller au centre de la place. Les chevaux courant autour du centre, cette partie est fermée à partir d’une certaine heure et il n’est ensuite plus possible d’en sortir jusqu’à la fin de la course. La compétition est courte mais intense. L’ambiance est incroyable et malgré une longue attente, on n’a pas regretté d’être allés en plein coeur de l’action.

 

 

Florence

Quelle belle surprise que la merveilleuse Florence ! On ne nous avait pas menti, c’est sans conteste la plus belle ville de Toscane. Florence est une ville d’environ 380 000 habitants. Sa notoriété commence avant la renaissance grâce au florin, monnaie principale de l’Europe au moyen-âge, créée en 1252 par la corporation des changeurs et banquiers de Florence. La monnaie est frappée uniquement à Florence pendant près de deux siècles. La ville connait ensuite au 14e siècle un épisode de peste qui décime la moitié de la population. Au fil des années, le pouvoir passe aux mains de différents clans dont les Médicis, qui possèdent à l’époque la plus grande banque européenne. C’est pendant cette période que Florence atteint son apogée en terme de renommée, comme expliqué plus haut. Lorsque ces derniers sont déchus, les grandes familles rejoignent majoritairement la France pour y faire fortune. En 1569, Florence devient capitale du Grand-Duché de Toscane. Elle est ensuite détenue par la France pendant une longue période de déclin avant de devenir la capitale italienne en 1865, titre qu’elle ne conserve que 5 ans.

Nous avons passé deux jours à Florence. La Cathédrale Santa Maria del Fiore, construite de 1296 à 1436, est sans aucun doute un des plus beaux bâtiments religieux qu’on ait pu visiter jusqu’à aujourd’hui. D’extérieur, l’œuvre est impressionnante. Le raffinement à son paroxysme. Le toit du duomo, peint par Filippo Brunelleschi, est magnifique. Il est possible de réserver une visite pour aller le voir de plus près. La vue sur la ville depuis le Campanile, la tour juste à côté de la nef de la cathédrale, est superbe. Par contre, il faut s’armer de courage pour monter les 414 marches du bâtiment de 5 étages.

Le Ponte Vecchio est un autre lieu légendaire de Florence. Construit d’abord en bois pendant l’époque romaine, il est reconstruit en pierres de 1335 à 1345. Beaucoup de ponts étaient habités pendant la renaissance. Au départ, les boutiques étaient occupées par des tripiers, des bouchers et des tanneurs avant d’être remplacés par des joailliers et des bijoutiers à la demande de Ferdinand 1er de Médicis, qui ne supportait plus les odeurs des précédentes boutiques. Les ponts de Florence ont été détruits en 1944 et seul le Ponte Vecchio a réussi à échapper à la destruction.

Nous avons visité les jardins Bardini dont la vue sur la ville est très belle. Le Palais Pitti vaut également le détour, tout comme les jardins de Boboli, adjacents au palais.

Tout est magnifique dans la ville, chaque coin de rue a son oeuvre d’art ou son bâtiment historique. À l’art classique s’ajoute désormais l’art contemporain, notamment le street-art. Nous avons repéré un grand nombre d’oeuvres de Clet Abraham, un artiste français connu pour ses oeuvres sur des panneaux de signalisation. Beaucoup de panneaux de la ville ont été retravaillés par Clet. Nous avons visité son atelier, à proximité des jardins Bardini.

Enfin, Florence est connue pour sa cuisine. Le bifteck à la florentine, de la viande de boeuf grillée accompagnée de citron et de légumes, est une des spécialités les plus connues. Je recommande aux amateurs de fruits de mer de tester le Lobs Fish Restaurant, en plein coeur de la ville, qui propose notamment des Pasta ai frutti di mare (pâtes aux fruits de mer) délicieuses. Le prix y est assez raisonnable puisque vous en aurez pour environ 25€ par personne.

 

Les petits villages

Au-delà des grandes villes, la Toscane c’est aussi une multitude de petits villages typiques. Nous avons opté pour 3 d’entre eux : San Gimignano, Monteriggioni et Panzano in Chianti.

San Gimignano

Ici, les tours sont partout, donnant un cachet unique. Les amateurs de jeux vidéos et tout spécialement du jeu Assassin’s Creed reconnaitront le paysage, qui sert de décor à l’un des opus. Il faut absolument flâner dans les rues pour découvrir San Gimignano et ressentir son ambiance unique. La vue depuis les remparts sur la campagne environnante est très jolie.

Je recommande la Gelateria Dondoli pour une pause glacée bien méritée. Il ne s’agirait ni plus, ni moins que du meilleur glacier du monde. Difficile de dire si c’est vraiment le cas mais elles étaient effectivement délicieuses !

 

Monteriggioni

La ville est toute petite. Contrairement à San Gimignano qui croûle sous les touristes, Monteriggioni est un peu plus calme (bien que très touristique quand même). On trouve un grand nombre d’oeuvres de Clet Abraham sur les panneaux du parking en contrebas. Là encore, les amateurs d’Assassin’s Creed seront servis puisqu’il s’agit d’une des villes principales du deuxième opus. Pour 3€, nous sommes montés sur les remparts. Il y a assez peu à voir mais la vue imprenable sur la ville et sur les alentours vaut largement 3€.

 

Panzano in Chianti

Je recommande vraiment de faire les routes de campagne et de ne pas hésiter à se perdre dans les petits villages qui sont tous plus choux les uns que les autres. Panzano in Chianti était notre point d’arrivée après avoir visité Monteriggioni. En effet, nous avions réservé une table chez Dario Cecchini, célèbre pour sa viande. Le dîner était sympathique, il y a plusieurs formules au choix dans les différentes enseignes, toutes au même endroit. Il existe une alternative végétarienne mais ça reste un restaurant très axé sur la viande de boeuf et à réserver, je pense, aux amateurs. Le repas consistait en une succession de plats (environ 8) à partager avec d’autres convives, assis à la même table que nous. Le meilleur menu est celui à 50€ par personne parce qu’il inclue un T-Bone. Néanmoins, le tarif reste vraiment élevé pour la région et cette adresse ne ravira que les vrais amateurs de viande de boeuf. Le village en tout cas est très joli. L’église en hauteur est mignonne et l’Enoteca Il Vinaio, un sympathique bar à vin avec vue panoramique sur les vignes est situé juste à côté.

 

En bref

On oublie souvent que l’Italie est un pays finalement assez jeune, qui a été fondé par la regroupement de régions indépendantes et très différentes, d’où d’ailleurs d’importantes différences linguistiques d’une région à l’autre et la présence de patois encore très forte. La Toscane et l’Emilie-Romagne sont l’illustration parfaite de l’histoire de la construction italienne. Elles sont si proches géographiquement et pourtant si différentes que ça en est impressionnant. Le paysage est beaucoup plus vallonné en Toscane mais surtout, les villes sont différentes, les villages n’ont rien à voir et de manière générale, la région a une identité propre très forte.

La Toscane vaut vraiment le détour. C’est une région magnifique, suspendue dans un univers où art et vie quotidienne s’imbriquent pour former des villes merveilleuses et magnifiques. La ville que nous avons préférée est bien entendu Florence. Un vrai joyau, un musée à ciel ouvert où l’art classique se mêle à l’art contemporain, où le street-art a toute sa place puisqu’il n’est que la continuité d’une démarche artistique depuis longtemps entamée et encouragée par la ville. Cette ville est un bijou, il ne faut surtout pas passer à côté car c’est sans doutes une des plus belles villes d’Europe. Un vrai coup de cœur !

Les petits villages ne déméritent pas et nous plongent dans une univers typique. On n’a aucune peine à imaginer la grandeur et le rayonnement de la Toscane pendant la renaissance.

Amis voyageurs : il faut y aller !

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *