Go Green

Malgré un environnement toujours plus dégradé, un air toujours plus pollué et des océans remplis de plastiques et autres, le Président des Etats-Unis Donald Trump semble déterminé à renoncer à l’engagement pris par les USA lors des accords de Paris. PamPille n’est à la base pas destiné à évoquer ce genre de sujets. D’avantage tourné vers l’art de vivre, je réservais ces articles pour un autre site, fermé depuis en raison d’un manque de temps. Seulement voilà, l’écologie est un sujet qui nous touche tous. Qu’on soit climato-sceptique comme Mr Trump ou pas, on sera bientôt tous rattrapés par les conséquences de nos modes de vie actuels.

L’environnement, une priorité

Aujourd’hui, il me semble difficile voir impossible de nier l’évidence en prétendant que le changement climatique n’a pas lieu, que l’environnement n’est pas dégradé, que c’est la suite logique des choses, que ce n’est pas pire qu’avant. Il suffit d’aller dans la mer avec un masque et un tuba pour observer des centaines de résidus de plastique en décomposition.

J’étais en Grèce il y a quelques temps, en vacances dans les Cyclades. Un endroit magique, magnifique. Mais au delà des photos qu’on veut bien nous montrer sur Instagram et autre, au delà de tout ça, les déchets étaient partout. Nous sommes arrivés à Héraklion, en Crète. Sur le chemin de la plage, des dizaines de bouteilles en plastique jonchaient les bords de routes. Nous avons fait le tour de la Crète, le constat était le même partout. Nous avons ensuite pris le ferry pour les îles des Cyclades, Santorin, Paros, Naxos, à chaque fois le constat était le même. Les déchets étaient sur les plages. Pas toujours dans des quantités affolantes, mais bien là quand même. Par terre. Nous avions trouvé une petite crique isolée sur l’île de Paros, un endroit parfait pour se baigner et plonger malgré quelques déchets (voir 2e photo). Dans l’eau, des résidus de plastiques microscopiques, les mêmes que ceux que les poissons et autres animaux vivants dans les mers et océans finissent par avaler en pensant qu’il s’agit de nourriture. Le constat est dramatique quand on voit la quantité de plastique dans l’eau. Un jour, un yacht russe a posé l’encre en fasse de la crique. Le lendemain, le yacht était parti mais un sac rempli de déchets arrivait depuis la mer sur la plage. Le manque de respect des gens m’étonnera toujours. Non la mer n’est pas une poubelle, non les déchets ne vont pas miraculeusement s’évaporer une fois qu’ils auront touché l’eau.

Nous sommes ensuite allé à Mykonos. Ile préférée de la jet set mondiale, connue pour ses moulins, ses ruelles magnifiques et ses plages paradisiaques. Là encore, si vous cherchez Mykonos sur Instagram, les clichés feront rêver. Dans le monde d’aujourd’hui, il faut montrer le meilleur, le plus beau, toujours donner une image extraordinaire, forcer la réalité en ajoutant des filtres pour rendre la mer plus turquoise, le ciel plus bleu, les dents plus blanches, etc. Mais l’envers du décor mérite aussi qu’on s’y attarde. Nous avons visité les moulins. Et surprise, des dizaines de bouteilles en plastique jonchaient le sol. Pourtant, on parle ici d’une île magnifique, un des joyaux des Cyclades. Ce qui n’a malheureusement pas empêché les gens de laisser leurs bouteilles vides par terre un peu partout.

Je trouve ça lamentable. Tellement lamentable. D’autant plus qu’on sait aujourd’hui quelles sont les conséquences de tout ça. On voit de plus en plus de photos illustrants les conséquences désastreuses de la pollution humaines sur la faune et la flore. Les photos de tortue avec un filet de pêche autour de la bouche émeut tout le monde mais une fois les bons sentiments exposés sur tous les réseaux sociaux, il ne se passe plus rien. Il n’y a pas de suite, pas de changement d’attitude.

“La société dans laquelle on est ressemble à une espèce d’avion de ligne où tous les voyants seraient au rouge dans le cockpit et qu’à l’arrière on continue soit à boire le champagne soit éventuellement à se quereller.” Nicolas Hulot

Nous devons aujourd’hui tous prendre conscience de notre impact sur l’environnement. Nous devons agir pour protéger les animaux, limiter la pollution et de manière générale, conserver notre belle planète pour ne pas léguer à nos enfants un environnement détruit, sans ressources et sans avenir.

 

Nous polluons tous

Ma première bataille était celle de la réduction des déchets. J’ai essayé de convaincre mon entourage, d’en parler aux gens. La réponse qui m’a souvent été faite était « je ne pollue pas, je ne jette rien par la fenêtre ». Alors, okay, on est tous d’accords, jeter les déchets par la fenêtre lorsqu’on est en voiture est une pollution visible et insupportable. Mais ce n’est pas la seule, loin de là. Ces mêmes personnes étaient souvent celles qui refusaient de faire le tri de leurs déchets. Pourquoi ? Parce qu’elles ne voyaient tout simplement pas l’intérêt de le faire, que c’était une corvée et que « de toute façon ce n’est pas parce que je le fais que ça changera quelque chose ». Certes pour une personne l’impact n’est pas énorme mais si tout le monde se dit ça l’impact est colossal. Je reviendrai sur le tri dans un prochain article.

L’idée ici, est que nous polluons tous. Même sans jeter par la fenêtre nos déchets, nous polluons. Nous avons une voiture, nous prenons l’avion, nous utilisons du plastique, nous consommons des produits qui ont fait le tour du monde avant d’arriver jusqu’à nous, nous achetons des vêtements en matière synthétique, etc. Nous sommes tous responsables de la situation actuelle. Nous en payerons tous les conséquences. Nous devons agir, pour la planète, pour notre santé, pour les animaux, pour nos enfants. Il est évidemment utopique de croire que notre impact sur l’environnement pourra être réduit à 0 d’un claquement de doigts, voir de croire qu’il pourra être réduit à 0 tout court. Mais cet impact peut  et doit être réduit, et si tout le monde s’implique, alors cette petite réduction pourra avoir de grands effets bénéfiques.
Ce site est à la base dédié à l’art de vivre. En 2017, l’art de vivre doit aussi inclure le respect de l’environnement. La mode, la beauté, l’art, la cuisine, la décoration, tout ce qui fait l’art de vivre peut et doit avoir un impact positif sur l’environnement. J’inaugure donc une nouvelle catégorie « Go Green ».

 

N’hésitez pas à donner votre avis sur ce sujet dans les commentaires 🙂

 

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *