Italia, amore mio #1 – L’Emilie-Romagne

Un été dans la péninsule italienne

Cette année, la décision était prise de faire le fameux road-trip en Italie dont nous parlions depuis longtemps. J’avais envie de (re)découvrir la région d’où ma famille est originaire, l’Emilie-Romagne et d’en profiter pour visiter la Toscane qui est juste à côté. Pour profiter au maximum de nos vacances et couper le retour en deux, quelques jours dans les Cinque Terre se sont ajoutés à la fin du séjour. Je vous propose donc une série de 3 articles sur chacune des régions que nous avons visité. N’hésitez pas à laisser votre avis dans les commentaires.

Pour être plongés dans la culture italienne et vivre des vacances assez authentiques, nous avons décidé de ne pas loger dans des hôtels mais de choisir l’option Agriturismo (gîte). L’avantage de ce type d’hébergement, au delà de l’aspect authentique, est le prix. Économiser sur le logement me semble toujours une bonne idée, ça permet de pouvoir s’offrir d’avantage d’activités, de soirées au restaurant, d’excursions et autres. Un grand choix d’agriturismi est disponible sur Agriturismo.it mais il est aussi possible d’en trouver sur Airbnb.

 

Emilia-Romagna

L’Emilia-Romagna est une grande région du Nord de l’Italie. Située à côté de la Toscane mais donnant sur la côte Adriatique, elle compte 4.4 millions d’habitants et sa capitale est Bologne. Entre Bologne et Rimini (sur la côte Adriatique), il y a environ 2 heures de route. La région est considérée comme une des plus riches et des plus développées d’Europe. C’est aussi un grand centre culturel avec la plus ancienne université du monde occidental (à Bologne) et de nombreuses villes ayant brillé pendant la Renaissance comme Modène, Ferrare ou Parme.

La région est connue et réputée pour être une place importante de l’industrie agro-alimentaire mais également de l’industrie automobile de luxe.

La zone balnéaire de la région est très touristique et nous avons préféré axer nos vacances autour de la découverte de la gastronomie, la visite des villes et villages et la découverte de la culture locale. Au delà d’être extrêmement touristiques, les villes balnéaires comme Rimini sont connues pour l’alignement de transats à perte de vue et le bétonnage à foison. Même si ça ne correspond pas à ce qu’on recherche lorsqu’on voyage, ce sont cependant des villes très appréciées par les jeunes et les familles car elles proposent un grand nombre d’activités balnéaires en tout genre.

Optant pour un programme assez simple : visiter Bologne, Modène, Sant’Agata Bolognese et Parme, l’option d’un agriturismo un peu perdu entre toutes ces villes était idéale. Nous avons choisi le Palazzo Minelli, un magnifique bâtiment ancien perdu au milieu des champs, à quelques kilomètres de Bologne. Ce gîte est également une ferme biologique qui produit des fruits, notamment des poires (Pera dell’Emilia Romagna IGP). Nous avons pris un cours de cuisine avec un jeune chef de l’école de Florence et largement profité de la belle piscine, indispensable alors que les températures avoisinaient les 37°C pendant une grande partie de notre séjour.

 

Bologne

Bologne est le chef-lieu de la région mais également une des plus grandes villes d’Italie avec près de 400 000 habitants et plus d’1 million d’habitants dans son aire urbaine. La ville est très jolie et vaut vraiment le détour. Comme indiqué plus haut, Bologne est le siège de la plus ancienne université de l’occident. Elle reste aujourd’hui une ville étudiante importante avec quelques 100 000 étudiants entre ses murs ! Un habitant sur 4 étant étudiant, la ville est dynamique et vous ne vous ennuierez pas à Bologne ! Il faudra évidemment tester la gastronomie locale et le fameux Ragù alla bolognese. Attention à ne pas commettre d’impair ! Les spaghetti à la bolognaise n’existent qu’en dehors de l’Italie ! Le ragù alla bolognese est généralement servi avec des tagliatelles. La sauce elle même sera différente de ce qu’on appelle sauce bolognaise en France et ailleurs.

Pour visiter la ville, nous avons choisi de nous garer à l’extérieur de la ZTL (voir explications à la fin de l’article), l’inverse n’étant de toute façon pas possible, et de visiter le centre à pieds. Il a plu quelques heures pendant notre visite mais Bologne possède pas moins de 40 km d’arcades ce qui nous a permis de continuer notre visite malgré la pluie. Les arcades justement, ajoutent beaucoup de cachet à Bologne et la distingue des autres villes italiennes que nous avons pu visiter.

Nous avons opté à midi pour une Piadina, un autre plat typique de la région, qui m’a rappelé de bonnes soirées en famille. Il y a un grand nombre de piadineria à Bologne, elles proposent (presque) toutes des ingrédients frais à choisir pour garnir votre piadina, qui sera ensuite chauffée. La charcuterie et le fromage étant excellents en Italie, vous ne serez pas déçus ! Il est bien sûr possible de la garnir de légumes et d’épices pour ceux qui ne mangeraient pas de charcuterie et/ou pas de fromage.

L’après-midi nous avons erré dans les rues, le meilleur moyen selon moi de découvrir une ville et de ressentir son atmosphère. Nous avons notamment admiré les nombreuses œuvres de street-art qui parsèment les rues et les tours de Bologne qui sont impressionnantes. Comme dans toutes les villes italiennes, les églises, basiliques, chapelles et autres bâtiments religieux sont tous époustouflants et richement décorés.

 

Parme

Le deuxième jour nous avons décidé de visiter Parme. Là aussi, nous nous sommes garés à l’extérieur de la ZTL et avons visité le centre à pieds. Parme est une ville de près de 200 000 habitants. Le centre historique est assez petit et une journée nous a semblé suffisant pour pouvoir visiter la ville. Si Parme est deux fois plus petite que Bologne, elle n’en est pas moins fière, avec sa devise « Que les ennemis tremblent car la Vierge protège Parme ». Cet ancien duché a longtemps appartenu aux Farnese, une puissante famille italienne (amateur de Borgia ça vous rappellera des souvenirs) puis est passée aux mains de l’Espagne, de l’Autriche et de la France avant de redevenir pleinement italienne en 1859.

Parme est jolie, le centre est mignon et très calme car la circulation en voiture y est limitée. Là encore, les églises et autres sont très jolies. Les petites rues du centre historiques sont mignonnes et valent le détour. Il y a beaucoup de palais, qui méritent également une visite.

Il faut savoir que Parme est situé dans ce qu’on appelle « food valley heart », l’industrie agro-alimentaire y est très dynamique ce qui en fait une des villes les plus riches d’Italie. On y trouve donc de très belles boutiques et d’excellents restaurants. Les prix peuvent vite être élevés. Nous avons testé le restaurant La Forchetta, qui est un peu cher mais que je recommande surtout pour les amateurs de truffes et de parmesan. Le Sformatino di polenta e tartufo nero con salsa di gorgonzola (flan de polenta et truffe noire à la sauce de gorgonzola) est juste à tomber ! La région est bien évidemment connue pour le Parmigiano-Reggiano et le jambon de Parme (entre autres) et je vous recommande chaudement de tester ces deux produits.

 

Modène

Modène est d’une taille similaire à celle de Parme. C’est également une ville très tournée vers l’industrie agro-alimentaire mais également vers l’industrie automobile. Si Parme est dans la food valley, Modène est dans la « Motor Valley ». Tout (ou presque) le fleuron de l’industrie automobile italienne est entre Modène et Saint-Marin : Ferrari, Lamborghini, Maserati ou encore Pagani. Côté gastronomie, le Lambrusco et le vinaigre balsamique sont typiques de la région de Modène. Il est possible de visiter des fabriques de vinaigre. Attention, il faut réserver en avance !

Nous avons fait un stop à Sant’Agata Bolognese en nous rendant à Parme, et visité le musée Lamborghini, que je ne recommande qu’aux passionnés. L’entrée est à 15€ et seulement une vingtaine de voitures sont exposées. Pour les fans absolus, il est possible pour 75€ de visiter le musée et la ligne de production.

Là encore nous avions garé notre voiture hors de la ZTL et visité le centre à pieds. Modène est la ville qui m’a donné la plus grande impression de calme et de sérénité. On a vraiment l’impression d’être dans un village alors qu’elle est aussi grande que Parme (et finalement aussi grande que Genève !).

Sachez que le restaurant élu meilleur restaurant du monde se trouve à Modène : l’Osteria Francescana, de l’incroyable Massimo Bottura (à qui Netflix à consacrer son premier épisode de l’excellente série Chef’s Table). Les prix sont évidemment extrêmement élevés et il est très difficile de réserver une table mais Massimo Bottura possède un deuxième restaurant à Modène, que nous avons testé et que je vous recommande : Franceschetta 58. Les prix sont assez élevés (le menu dégustation est à 48€ par personne pour une entrée, deux plats et un dessert) mais tout y est excellent. Amateurs de gastronomie : foncez !

 

En bref

Nous avons passé 4 belles journées en Emilie-Romagne ! Avec quelques jours supplémentaires, nous aurions sûrement visité Ferrare ou encore Saint-Marin. Maintenant, direction la Toscane ! Les villes que nous avons préféré sont Bologne et Parme. Modène est jolie mais très calme, elle nous a donné l’impression qu’il y avait moins à voir. Je pense qu’il faut vraiment visiter une fabrique de vinaigre, nous n’avions pas pensé à réserver malheureusement. Le musée Lamborghini nous a déçu par le peu de voiture présentées et la toute petite taille du musée. On dirait simplement un showroom d’un garage, sur deux étages. Enfin, nous avons vraiment très bien mangé dans cette région. On dit souvent que c’est le coeur de la gastronomie italienne et une des régions où l’on mange le mieux. On surnomme d’ailleurs Bologne « la grassa » (la grasse) pour son excellente cuisine ! En deux mots : allez-y !

 

 

!!! Attention !!! Les villes italiennes comprennent presque toutes des ZTL au centre ville. Ce sont des zones à trafic limité dont l’accès est interdit aux non-résidents de la région. Il y a des caméras à l’entrée de ces zones et vous ne pourrez pas échapper à l’amende très salée si vous y entrez. Les amendes sont envoyées à l’étranger également, ce sera plus long, mais un jour ou l’autre la mauvaise surprise sera dans votre boîte aux lettres. Je conseille de se renseigner en avance sur les parkings accessibles sans entrer dans la ZTL et d’être très attentifs à la signalisation.

 

Disclaimer : Cet article n’est pas sponsorisé !

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *