Australie – J-25

Dans 25 jours, on posera nos pieds en Australie pour 3 semaines de vacances. 3 semaines de découvertes, 3 semaines de détente et d’émerveillement. Au programme : Melbourne, Perth et Sydney.

 

– Départ en Australie J-25 –

 

L’Australie. J’en rêve depuis des années. Autant dire que je compte les jours (voir les heures) depuis que j’ai acheté mes billets. Au programme, un joli petit tour (de 8 228km tout de même) : on atterrit à Sydney et on redécolle tout de suite pour rejoindre nos amis à Melbourne, où on va poser nos valises une semaine, avant de reprendre l’avion pour Perth, où on fêtera Noël, et de retourner à Sydney pour finir ce voyage en beauté et passer un nouvel an inoubliable.

 

// Le vol //

Ce n’est pas un secret, les vols vers l’Australie coûtent chers. 16 774 km séparent Genève de Sydney si on trace une ligne droite entre les deux. L’Australie est littéralement à l’autre bout du monde.

La somme engagée étant conséquente, on a préféré avoir la confirmation de l’approbation de nos congés respectifs AVANT de booker nos billets. Autant s’assurer qu’on pourra effectivement monter dans l’avion !

Le problème : une fois nos congés validés, le prix des billets avait considérablement augmenté. Pourtant, on était encore en Juin et le départ était prévu en Décembre.

On était près à casser la tirelire pour un vol avec Air France, qui était parmi les moins chers sur Skyscanner. Notre objectif au départ était de faire Genève – Melbourne / Sydney – Genève. Mais finalement, miracle, on a trouvé un vol à prix cassé avec Air China. L’économie est substantielle donc on a choisi de faire Genève – Sydney / Sydney – Genève avec escales. L’économie est telle que même en prenant un vol interne Sydney – Melbourne en arrivant, on est encore largement gagnants. On a acheté nos billets sur cheaptickets.ch. L’itinéraire : Genève – Pékin – Chengdu – Sydney et même chose au retour.

Quelques semaines après avoir réservé nos billets : mauvaise surprise : le vol Chengdu – Sydney a été décalé de quelques heures, nous faisant manquer notre correspondance. S’en suit une longue négociation avec cheaptickets, qui fini par nous proposer une alternative : Genève – Pékin – Sydney avec 13h de stop à Pékin, nous permettant de dormir un peu, l’aéroport de Pékin disposant d’un Hours Hotel, qui comme son nom l’indique, permet de louer une chambre à l’heure, avec ou sans salle de bain, histoire de dormir et de se reposer avant la suite du voyage. On manque quand même toujours notre vol interne, qu’on a du décaler. Le service client de cheaptickets a été assez moyen. On n’a pas eu beaucoup d’alternatives. Moralité : ne plus acheter ses billets sur ce genre de site.

J’ai lu beaucoup d’avis négatifs sur Air China. J’ai un peu peur de voir comment le vol va se dérouler. Affaire à suivre !

 

// Le visa //

On a choisi le visa le plus simple : le eVisitor (subclass 651). Il est entièrement gratuit et très rapide à obtenir. Il s’agit d’un visa de tourisme, qui permet de rester jusqu’à 3 mois en Australie. Je ne me prononcerai pas ici sur les autres visas possibles. Nous avons choisi le plus simple et le plus adapté à notre situation.

 

// Les préparatifs //

Protection solaire

L’Australie en Décembre c’est un climat tropical / subtropical dans les régions où nous nous rendons. Il fait très très (très) chaud. L’Australie étant sous le « trou » de la couche de d’ozone, le soleil y est très puissant.

Étant assez pâle de nature, je limite toujours mes expositions au soleil pour protéger ma peau contre ses méfaits. On ne le dira jamais assez, une exposition trop importante au soleil accélère le vieillissement de la peau et peut entraîner de graves problèmes de santé. Voir mon article sur le sujet ici.

J’ai opté pour une crème solaire pour enfant, avec une protection maximale. J’ai aussi préparé une protection solaire pour mes cheveux. En effet, les UV blondissent les cheveux et l’effet est certes joli mais les cheveux sont vite desséchés et poreux après une exposition trop importante. Plus jeune, je me souviens avoir mis de l’huile sèche sur mes cheveux, pensant les protéger alors que je les faisais tout simplement frire. À proscrire ! Il ne faut jamais mettre d’huile sur ses cheveux avant de s’exposer.

Pour mon visage j’utilise une crème solaire différente. En effet, crème solaire et maquillage ne font pas forcément bon ménage. La texture des crèmes est souvent grasse, pas adaptée au maquillage. J’ai découvert une alternative géniale pour le visage : la brume hydratante anti-UV. Je l’utilise depuis quelques années maintenant. C’est pour moi une vraie révolution. Elle fixe le maquillage et protège du soleil. Il est très facile de renouveler son application tout au long de la journée.

Mes achats :

  • Crème solaire pour enfant, Bioderma
  • Protection chaleur et UV pour cheveux, Bumble & Bumble
  • Brume hydratante anti-UV, Bioderma

 

Voyage

Le voyage sera long. C’est un fait. Je ne sais pas vous, mais moi je n’aime pas trop l’avion. Plus les années passent, plus j’ai peur en avion. C’est inexplicable. Du coup, j’aime bien voyager « cosy ». Au top du confort, au maximum du nid douillet, ou du moins de ce qu’il est possible d’avoir dans le demi mètre carré disponible dans l’avion. On a 20h de vol et 12h d’escale à l’aller, 22h de vol et 8h d’escale au retour. D’habitude, je voyage avec un coussin de voyage gonflable, pas très qualitatif. C’est suffisant pour du moyen courrier mais ça devient difficile pour des vols aussi longs. La tête qui tombe en avant, le torticolis,… Pas trop envie de subir ça pendant 20h. Alors j’ai investi. J’ai longtemps cherché et j’ai lu partout que le coussin de voyage de chez Travelrest était extraordinaire. Une vidéo de Coline, du blog Et pourquoi pas Coline, a fini de me convaincre.

On fait un autre gros voyage l’an prochain et je prend régulièrement l’avion pour mon travail, le coût de ce coussin de voyage à mémoire de forme sera donc vite amorti.

Ensuite, il fait froid en avion. Le plaid pas très propre de la compagnie aérienne n’est généralement pas suffisant. Evidemment, je ne peux pas ramener ma couette (même si j’aimerais bien, on est d’accord). Du coup, mon choix s’est porté sur une grande écharpe. Facile à transporter, pratique, idéale pour voyager.

Enfin, l’air étant sec en vol, j’emporte toujours du collyre. Pour ceux qui ont des lentilles, veillez à ne surtout pas oublier le boitier à lentilles et vos lunettes de vue. Je prend également un bon masque pour dormir et des boules quies.

Mes achats :

  • Coussin de voyage, TravelRest
  • Etole réversible, Uniqlo

 

Vêtements et cosmétiques

Le problème majeur d’un départ en Australie à cette période : les saisons diamétralement opposées. Ici, il fait vraiment froid. On est déjà sur des températures avoisinant le 0°C alors qu’en Australie on dépasse déjà les 30°C. Autant dire que dans 1 mois l’écart sera encore plus important. Je n’avais pas envie de m’encombrer avec ma fidèle parka d’hiver. Pas non plus envie de trimballer un manteau en laine. La solution ? La doudoune ! Vous allez vous dire « elle ne veut pas prendre sa parka mais elle prend une doudoune ?! ». Attention, pas n’importe quelle doudoune. La doudoune ultra light de chez Uniqlo. J’ai déjà investi dans la doudoune sans manche, parfaite au plus froid de l’hiver pour être toujours au chaud. J’ai profité d’une promo chez Uniqlo pour acheter la version à manches longues et capuches. L’avantage de cette doudoune est qu’elle tient dans une petite pochette et qu’elle ne prend pas plus de place qu’un petit parapluie pliant. C’est idéal. J’avais vu la doudoune ultra light de chez Patagonia, le must dans le domaine. Mais le prix, 260€, m’a stoppée net. C’est un produit d’une grande qualité, parfait pour ceux qui en auront une utilisation intensive, mais ce n’est pas pour moi !

Je cherche toujours à voyager le plus légèrement possible. Je suis partie en Chine pendant 3 semaines avec seulement une valise cabine. Là, je prend tout de même un bagage en soute. Pourquoi ? Déjà pour pouvoir emporter mes affaires de snorkeling mais aussi parce que j’emporte des chapeaux. Il est à mon avis indispensable de penser protection solaire. Quoi de mieux qu’un chapeau à bord bien large pour protéger son visage ?

Je ne prend que des vêtements simples. Rien de très compliqué. Pas de chaussures à talons, pas 36 robes, du simple et du pratique. On veut visiter, se balader, on va beaucoup marcher, il faut des chaussures et des vêtements confortables. On emporte toujours beaucoup trop d’affaires à mon avis. Autant faire un effort pour ne pas trop s’encombrer.

Côté cosmétique, là aussi je fais très léger. Je n’utilise pas d’après-shampoing, pas 36 soins différents. Je n’emporte qu’une bouteille de shampooing random et une huile d’ylang-ylang. Côté visage, je n’utilise pas de démaquillant mais de l’huile d’argan. Je n’utilise pas beaucoup de produits différents mais de la crème hydratante et le minimum syndical en terme de maquillage. J’emporte tout de même du gel d’aloe vera, très polyvalent et idéal pour apaiser la peau (toujours dans la même optique : limiter les effets du soleil).

Les indispensables :

  • Doudoune ultra light, Uniqlo
  • Huile d’argan, Aroma-zone
  • Huile d’ylang-ylang, Aroma-zone
  • Gel d’aloe vera, Aroma-zone

 

Divers

L’Australie, c’est loin, c’est différent, il y a beaucoup de choses auxquelles il faut penser avant de partir et ne pas oublier.

  • Adaptateurs : impératifs, on en trouve très facilement sur internet
  • Trousse de pharmacie : paracétamol, spasfon, biafine, homeoplasmine, on prend l’essentiel sans s’encombrer
  • Du cash : prévoir un peu de liquide en monnaie locale c’est toujours une bonne idée
  • Un permis de conduire international : tout dépend de votre programme sur place bien évidemment. Nous allons louer une voiture pour faire une partie de la Great Ocean Road, donc pas d’hésitation à faire les démarches.
  • Equipement de snorkeling : Decathlon vend de très petites serviettes en microfibres, parfaites pour la plage. Elles coûtent moins de 10€ et sont très compactes, on n’a rien trouvé de mieux ! On prend aussi les masques easybreath. Ils prennent de la place mais la qualité de vision dans l’eau est inégalable. On emporte également les palmes et des tee-shirts anti-UV
  • Sac à dos Camel Back : idéal pour les longues marches avec son réservoir de 3L
  • Un bon appareil photo : mon vieux Sony fait l’affaire
  • Une appli pour se repérer partout, même quand on n’a pas internet : CityMaps2Go. Je l’utilise depuis des années. Je m’en suis beaucoup servie en Chine où elle nous a vraiment sauvés plusieurs fois. Il existe sûrement d’autres applications de ce genre mais celle-ci est vraiment très bien. On pense à télécharger les cartes des villes qu’on va visiter avant le départ. Les cartes sont longues à télécharger et nécessitent une très bonne connexion
  • Une appli, encore, pour suivre son budget : je vais tester celle d’Alex Vizeo : Budgi mais là aussi, il y en a d’autres !
  • Les indispensables : chargeurs, iPad, quelques bons livres et de bonnes lunettes de soleil
  • On n’oublie pas de prendre dans l’avion des affaires de rechange : on n’est jamais à l’abri d’un problème avec ses bagages et se retrouver sans le nécessaire pour se changer peut vite être une bonne grosse galère !

 

Et bien évidement :

  • On s’assure d’avoir une carte bancaire qui fonctionnera en Australie. On n’y pense pas toujours mais certaines cartes ne passent pas hors de France (Maestro, carte bleue,…) et d’autres ne passent pas toujours hors d’Europe (Vpay,…). On privilégie une Visa ou une MasterCard. On contacte aussi sa banque pour s’assurer que tout fonctionnera correctement. La situation peut devenir très compliqué quand on est à l’autre bout du monde sans argent !
  • On fait garder son courrier à la Poste et on colle un autocollant « Pas de publicité » sur sa boîte pour éviter de se retrouver avec une boîte aux lettres au bord de l’explosion (surtout en Suisse où les boites sont toutes petites et la quantité de publicité quotidienne hallucinante) ;
  • On s’assure d’avoir payer toutes ses factures avant de partir. Ça paraît bête mais ça évite les mauvaises surprises au retour. Dans la même veine, on s’arrange pour recevoir les futures factures à payer par email pour s’éviter les frais de retard.

 

 

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *